La pointe sud de la Thaïlande et l’arrivée en Malaisie

Après notre merveilleuse semaine à Koh Tao, nous aimerions visiter l’île voisine de Koh Pha-ngan car elle est célèbre pour ses fêtes sur la plage, notamment la « full moon party ». Nous sommes pile à la bonne date alors autant en profiter! Nous retrouvons des amis de Koh Tao et partons à la première soirée, dans la jungle. Au final rien de très local car nous sommes entre occidentaux, mais nous passons une bonne soirée au son techno. Lors du séjour, Léo fait une mauvaise chute à vélo. Heureusement rien de cassé a part des hématomes et des plaies, donc nous pourront repartir après un jour de convalescence.

Nous sommes très heureux d’être de retour sur la route le 17 août. En effet, l’intérêt de ce voyage réside dans les rencontres avec les habitants, les imprévus, les paysage hors des sentiers battus, et même si il est bien de respirer un peu avec les autres voyageurs, c’est bien l’aventure à vélo qui nous fait vibrer. Nous recommençons par une belle journée de plat entre les plantations d’Hévéa (très nombreuses, la Thaïlande est le premier producteur mondial de latex!) et la côte. Nous remarquerons que le paysage culturel évolue déjà. Il y a en effet beaucoup de femmes voilées et nous apercevons les premières mosquées. C’est une évolution progressive qui est comme d’habitude caractéristiques des régions frontalières. Ce jour là c’est dimanche, et il y a beaucoup de cycliste sur les routes, enfin! Nous sommes escortés par deux gars du « thaï angel cycling club » et rencontrons à peine plus tard et pour la première fois un (très) grand groupe de voyageurs à vélo. Ils ont en moyenne la cinquantaine et sont tous de Pattani sur la côte Sud-est. Contents de voir que la Thaïlande adhère au cyclotourisme! Très bonne ambiance dans le groupe, on ira manger ensemble un petit déjeuner. En tout cas ils ont l’air d’avoir un tout petit rythme, quand ils ne sont pas arrêtés une heure dans chaque restaurant!

Nous roulons l’après midi et après une petite avarie de dérailleur réglée à la MacGyver, nous échouons dans une petite ville, direction le temple bouddhiste. Très bonne soirée avec les moines, tous très rieurs. A noter qu’il est par contre très difficile de trouver une petite bière le soir dans la région!

Le matin tôt nous allons voir les moines chanter les mantras puis nous serons invités au petit déjeuner, après qu’ils aient fini et chanté la prière. Ils vivent sans argent donc reçoivent tous les jours les nombreuses donations de la quête. On pensait être tranquille mais nous voilà en concurrence avec des locaux qui se jettent sur les restes! Ils en ont sûrement plus besoin que nous. Nous voilà donc partis (tard), et l’avarie du jour (il y en aura une autre) sur la chaîne de Steph nous prend par surprise. On répare et on fait le choix de la montagne, car la route semble belle et déserte. Une fois partis dedans nous nous rendons compte du calvaire… Il fait chaud et les pentes avoisinent les 15+% par endroits. Pas de bol, Steph crève et il y laisse énormément d’énergie, c’est dur. Nous parvenons malgré tout à réparer et à repartir. Nous avons roulé l’après midi dans la jungle et l’ambiance était extraordinaire. Les sens sont en éveil, les bruits et les odeurs, ainsi que la vue des immenses arbres font oublier la difficulté (encore) de la monté. Après le retour sur la route principale, il est bien tard et les forces nous manquent… À la première ville moyenne, il n’y a malheureusement pas d’hôtel! Qu’à cela ne tienne, Steph parle à un militaire qui nous ouvre les portes de la caserne! C’est une première. Les armes et les uniformes sont intimidants à premier œil mais on tombe sur une belle bande de gars bien sympas. “Les ennemis sont partout” dira l’un d’entre eux, nous n’avons rencontré que des amis. En tout cas nous pouvons dormir sur nos deux oreilles ce soir 🙂

Après une bonne nuit, quelques selfies avec les soldats et un nouveau petit déjeuner à base de Durian (un gros fruit plein de piquants très fort en goût et typique de la région), nous remontons la vallée vers la ville frontière de Betong, très charmante! Seulement 70km mais le dénivelé est de nouveau conséquent, bien que l’on soit cette fois épargnés par les pentes ultra raides, ouf. Steph répare son vélo qui a beaucoup souffert, il faut changer le pédalier, la cassette et la chaîne. La petite ballade du soir sur les hauteurs permet de s’imprégner de l’ambiance tropicale du lieu.

Au matin du 21, nous arrivons enfin en Malaisie, la frontière est très facile à passer et ici on ne paie pas de visa :). Nous allons rouler toute la journée entre les plantations de palmier à huile mais aussi les collines de forêt primaire, c’est ce qu’on était venu chercher! Nous voila arrivés le soir après 100km à un camping au bord d’une rivière bien rafraîchissante. L’occasion de profiter de l’ambiance sonore de la jungle et de voir pour Léo le plus gros oiseau de la région à la jumelle, c’est un magnifique Calao rhinocéros, quelle chance! Nous sommes pris en charge par le propriétaire du camping et son ami, qui ont monté un réseau de check points sur toutes les plus belles routes du pays afin développer le tourisme. Nous sommes chez les initiateurs du projets donc, sur la route A76. Ils communiquent à fond sur les réseaux et 10 min après notre passage on est déjà entrain de buzzer en ligne 😀 Leur page Facebook et site: “Malaysia local route”.

Le lendemain on goûte au petit déjeuner malais, avant de rouler toute la journée jusqu’en bas de la montée qui nous attends pour les Highlands. Cette étape de liaison nous fait contourner l’après midi la grande ville de Ipoh par la banlieue industrielle sur des kilomètres, finit le calme et bienvenue dans la Malaisie urbaine… Ces moments sont assez détestables mais ils font partie du jeu! En fin d’après midi une source chaude et une cascade nous attendent pour la détente!

Enfin, le vendredi 23 août nous partons pour 75km d’ascension pour rejoindre les Cameron Highlands à 1600 mètres d’altitude. Nous sommes très heureux de retourner en altitude, c’est la première fois depuis le nord du Vietnam il y a deux mois. Ça nous prend la journée, on passe lentement de la jungle aux plantations de fruits et légumes sous serre en altitude, il y a même des fraises! Sûrement une folie des anglais qui ont colonisé la région les premiers. Le thé quant à lui nous attend la haut. Au passage d’un des cols on se fait attaquer par des abeilles et Steph n’est pas épargné, avec au moins 5 piqûres. Peu importe, sauvons les abeilles!

On va prendre deux jours de repos en profitant de la fraîcheur ici avant de repartir pour Kuala Lumpur, puis Singapour où notre aventure à vélo se terminera.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s